in ,

Du dimanche 3 juillet au mercredi 6 juillet, la Fête du Cinéma revient dans les salles de toute la France.

Annonce

 

Fête du cinéma : le secteur veut profiter de l’événement pour booster la fréquentation.

 

C’est un rendez-vous incontournable pour les amoureux du septième art.

Du dimanche 3 juillet au mercredi 6 juillet, la Fête du Cinéma revient dans les salles

de toute la France pour proposer quatre jours de projections au prix unique de quatre euros,

(hors suppléments pour les films 3D, séances spéciales et prestations annexes).

L’occasion de faire le plein de longs métrages à petits prix, à l’heure où l’inflation

affecte le comportement des Français soucieux de préserver leur pouvoir d’achat.

Annonce

 

Du dimanche 3 juillet au mercredi 6 juillet, la Fête du Cinéma revient dans les salles de toute la France.

 

« Aucune raison de ne pas aller » au cinéma »

Après une édition 2020 annulée en raison de la pandémie de Covid-19 et une édition 2021 où le port du masque était obligatoire, le Festival du Film 2022 entend séduire les spectateurs pour booster la fréquentation. 

Le public doit « profiter de ces quatre jours pour retourner dans les salles, qui sont le plus bel endroit du monde pour voir un film, rire, pleurer ou apprendre », a confié à Ouest France Richard Patry, président de la Fédération nationale des cinémas français,. (FNCF), qui organise l’événement.

Notre objectif est vraiment de braquer les projecteurs et de faire un effort pour dire aux gens : « Pendant quatre jours, vous n’avez aucune raison de ne pas y aller. » »

 

Outre des succès majeurs tels Top Gun : Maverick de Joseph Kosinski,

Jurassic World : Le Monde d’Après de Colin Trevorrow, Buzz L’éclair d’Angus MacLane

ou encore Elvis de Baz Luhrmann, le public pourra découvrir Incroyable mais vrai de Quentin Dupieux

Décision de Leave de Park Chan-wook, Irréductible de et avec Jérôme Commandeur,

carnets noirs en deux parties avec Ronit Elkabetz ou encore La traversée de Varante Soudjian

Un large éventail d’ambiances et de thématiques que l’événement créé en 1985

permet d’ouvrir au plus large public, sur fond de concours avec Allociné et Virgin Radio

permettant de gagner une année de cinéma et d’autres lots cinéphiles.

 

Une baisse de fréquentation d’environ un tiers

Cet appel aux salles sera-t-il massivement suivi ? 

Réponse mercredi soir. En attendant, le secteur connaît une situation « morose » , comme le reconnaît Richard Patry. 

Selon les dernières estimations du Centre national du cinéma (CNC), la fréquentation des salles de cinéma a atteint 11,17 millions d’entrées en mai 2022, soit un niveau inférieur à celui enregistré en mai 2019 (-27,7%), et à la moyenne des mois de mai en 2017-2019 (-21,0%). 

Depuis le début de l’année, les salles ont totalisé 62,09 millions d’entrées, soit 32,9% de moins que sur la même période de 2019, précise le CNC sur son site.

La désaffection est forte. 

Selon une étude qu’elle a publiée en mai 2022, 48 % des Français déclarent être retournés moins souvent ou pas du tout au cinéma depuis la réouverture des salles le 19 mai 2021.

Une baisse de fréquentation liée à une conjonction de facteurs, certaines cycliques et d’autres plus structurelles. 

Cinq raisons sont principalement évoquées :

une perte de l’habitude d’aller au cinéma (pour 38 % d’entre eux), la perception du prix du billet, trop élevé (pour 36 %), le port du masque (pour 33 %), la préférence pour regarder des films sur d’autres supports (pour 26%) et le désintérêt pour les films proposés (pour 23%), les autres motivations comme l’actualité anxiogène ou la préférence pour d’autres activités étant moins importantes.

 

« Clairement, oui, les chiffres (en termes de fréquentation) nous inquiètent », souligne Richard Patry.

« Pourtant, face à ce marasme, on se rassure en regardant les autres. En Espagne, ils sont moins de 50%, en Italie, ils sont moins de 70%, l’Allemagne et l’Angleterre sont également très en retrait. 

La France est le meilleur pays d’Europe avec les Pays-Bas où le cinéma a redémarré dans ces conditions. »

 

Du dimanche 3 juillet au mercredi 6 juillet, la Fête du Cinéma revient dans les salles de toute la France.

 

Plusieurs « raisons d’espérer »

« Optimiste » le président de la FNCF avance plusieurs « raisons d’espérer » comme « la qualité des cinémas » avec des réinvestissements massifs.

Par ailleurs, aucun des 2 028 cinémas français proposant 6 193 écrans au 31 décembre 2021 « n’a fermé ses portes en France, grâce aux aides de l’État, depuis la crise du Covid-19 », le Pass Culture Jeunes est « un très gros succès pour les salles de cinéma, avec 1,5 million d’entrées vendues fin 2021 » et les opérateurs français, « les cinéphiles »  sont « trop ​​investis dans leur métier « .

 

A l’automne, la Fédération nationale des cinémas français doit lancer une grande campagne de communication avec le ministère de la Culture « pour promouvoir les salles et les films car l’un ne va pas sans l’autre ».

De quoi booster le nombre d’entrées ? 

Richard Patry, qui « croit au cinéma » malgré la concurrence des plateformes comme Netflix, table sur « 170, 175 millions d’entrées vendues en fin d’année en France » contre « 213 millions en 2019, 65 millions en 2020 et 95 millions en 2021 ».

Il ajoute à l’adresse de ceux qui jugent le prix des places trop élevé : « Il faut aller au cinéma chercher des moyens de payer moins cher, comme la carte d’abonnement, et jouer son rôle de consommateur. »

 

 

Annonce

Publié par Muriel Marchand

Je partage avec vous des moments drôles, solidaires, mystérieux, qui se passent à travers le monde.
Je vous parle de voyages, de l'actualité, des célébrités, du cinéma, des séries, ainsi que la spiritualité, le bien-être.
J'espère vous divertir et vous donner le sourire !

Guide complet des bagages de cabine : ce que vous pouvez et ne pouvez pas emporter en avion.

Guide complet des bagages de cabine : ce que vous pouvez et ne pouvez pas emporter en avion.

The Witcher Saison 3, date de sortie, distribution, intrigue, bande-annonce.