in

Munich : 50 ans après le massacre, le village olympique abrite désormais de jeunes familles et des retraités.

Munich : 50 ans après le massacre, le village olympique abrite désormais de jeunes familles et des retraités.
Annonce

 

Munich : Le complexe de logements pour athlètes a été transformé en quartier résidentiel peu après les jeux de 1972.

 

MUNICH, Allemagne : Connollystrasse 31 reste dans la mémoire de la plupart des gens comme l’adresse où des hommes armés palestiniens ont pris en otage des athlètes israéliens lors des Jeux olympiques de 1972 à Munich.

Mais pour Mechthild Foerster, c’est sa maison.

Quand elle et son mari ont trouvé l’appartement en 1986, ils ne savaient pas qu’il était situé dans le même immeuble où la terreur s’est déployée.

« Nous avons su peu de temps après, avec la plaque à l’extérieur du bâtiment », a-t-elle déclaré à l’AFP, faisant référence à la plaque commémorative en allemand et en hébreu commémorant les 11 membres de la délégation israélienne qui ont été tués il y a 50 ans.

« Ce n’est pas comme si j’avais la sensation effrayante d’emménager dans un château hanté. 

La vie continue et les blessures doivent guérir », a-t-elle déclaré.

Annonce

Le 5 septembre 1972, des membres du groupe terroriste palestinien Septembre noir

ont fait irruption dans les logements de la délégation olympique israélienne,

tuant deux personnes et prenant neuf autres en otage.

La police ouest-allemande a répondu par une opération de sauvetage ratée au cours de laquelle les neuf otages périssent dans une fusillade, ainsi que cinq des huit preneurs d’otages et un policier.

 

Munich : 50 ans après le massacre, le village olympique abrite désormais de jeunes familles et des retraités.

 

« Des plantes partout » 

Malgré les atrocités qui se sont déroulées sur le site, le village olympique

est transformé en maisons pour les habitants à peine un an après les Jeux.

Foerster, 85 ans, savait déjà à quoi ressemblait la vie dans l’ancien village olympique

en rendant visite à sa belle-sœur, qui a emménagé en 1973.

Aujourd’hui, le quartier résidentiel de 40 hectares (99 acres) jouxtant le parc olympique

est un quartier en plein essor avec des familles ainsi que des retraités.

Dans son immeuble, les appartements autrefois habités par la délégation israélienne

ont été acquis par l’Institut Max Planck, qui y héberge des chercheurs invités. 

D’autres sont habités par des résidents de longue date comme Foerster.

Se souvenant des premières années au village, Foerster a déclaré :

« Il faisait vraiment chaud à l’intérieur, car ce n’était en réalité qu’un tas de béton, une sorte de montagne qui se réchauffe en été. »

« Si nous n’avions pas de plantes partout, ce serait vraiment invivable. Maintenant, c’est très agréable », a-t-elle dit, revenant tout juste des magasins sur son vélo.

 

Munich : 50 ans après le massacre, le village olympique abrite désormais de jeunes familles et des retraités.

Un homme repeint l’inscription d’une plaque commémorative devant un immeuble à Conollystrasse 31 dans l’ancien village olympique de Munich, dans le sud de l’Allemagne, le 17 août 2022.

 

Sur chaque balcon du complexe d’appartements qui fait face au soleil, il y a des plantes en pot,

du lierre et des petits arbres qui apportent un peu de fraîcheur en été.

Peu de temps après les Jeux fatidiques de 1972, des rampes ont été construites

pour rendre les bâtiments plus accessibles aux personnes handicapées.

Avec toutes les routes enfouies sous terre, il n’y a pas de voitures,

pas de circulation bruyante, et les parents laissent les enfants jouer dans la rue sans crainte.

 

 

Munich : 50 ans après le massacre, le village olympique abrite désormais de jeunes familles et des retraités.

 

« Je ne vivrais nulle part ailleurs »

L’école locale est dans le village et à moins de 10 minutes à pied de la maison,

un autre avantage pour les familles.

« Je ne pense pas que je vivrais ailleurs à Munich avec des enfants », a déclaré Charlotte Haupt, mère d’un garçon de 18 mois.

« Le nôtre n’a qu’un an et demi, mais plus il vieillit, plus il aura d’avantages. Nous pouvons laisser les enfants jouer à l’extérieur de la maison, il n’y a pas de voitures », a-t-elle déclaré.

Haupt a ainsi emménagé dans la région en 2010 en tant qu’étudiante dans un appartement partagé

et vit dans le complexe avec son partenaire depuis 2016.

Tina Wild est arrivée au village olympique une semaine avant d’accoucher il y a 18 mois.

« Pour être honnête, je ne sais pas si nous aurions acheté ici si je n’avais pas été enceinte. Pour un couple sans enfants, il y a des quartiers plus intéressants », a déclaré Wild.

« C’est un village mais dans le sens positif du terme. Les résidents s’entraident, se disent bonjour le matin, vous vous connaissez, surtout quand vous avez des enfants », a déclaré Haupt.

« Les bénévoles vont parfois faire les courses des personnes âgées, accompagnent les gens en promenade, leur rendent visite à domicile. C’est assez simple et quand vous vivez ici pendant un certain temps, vous apprenez à vous connaître », a déclaré Foerster.

 

 

Annonce

Publié par Muriel Marchand

Je partage avec vous des moments drôles, solidaires, mystérieux, qui se passent à travers le monde.
Je vous parle de voyages, de l'actualité, des célébrités, du cinéma, des séries, ainsi que la spiritualité, le bien-être.
J'espère vous divertir et vous donner le sourire !

Janus la tortue à deux têtes fête ses 25 ans au Muséum d'histoire naturelle de Genève.

Janus la tortue à deux têtes fête ses 25 ans au Muséum d’histoire naturelle de Genève.

L'Amazonie brûle à la "nouvelle frontière de la déforestation".

L’Amazonie brûle à la « nouvelle frontière de la déforestation ».