in ,

Un pilote brésilien survit 36 ​​jours dans la jungle.

Un pilote brésilien survit 36 ​​jours dans la jungle amazonienne après un crash
Annonce

.

Un pilote brésilien survit 36 ​​jours dans la jungle amazonienne après un crash.

 

Un pilote qui a miraculeusement survécu à un accident d’avion et a ensuite passé 36 jours perdu dans la rude jungle amazonienne, a raconté comment il a refusé d’abandonner malgré les chances de survie.

Antonio Sena, 36 ans, a disparu le 28 janvier après avoir rencontré des problèmes de moteur lors d’un court vol vers une mine d’or, dans l’État brésilien du Para.

M. Sena, la seule personne à bord du petit avion à hélice, volait en mission pour les garimpeiros, des mineurs sauvages qui exploitent des mines illégales au Brésil.

Voler pour les garimpeiros est risqué mais pas illégal, et c’était une opportunité d’emploi précieuse pour M. Sena alors que le Brésil était ravagé par la crise du COVID-19 et que le travail était difficile à trouver, a rapporté l’ ABC .

Avec un moteur en panne et le réservoir de carburant chargé de carburant diesel dangereux, le pilote expérimenté savait que sa meilleure chance de survie était un atterrissage forcé dans une clairière dans la jungle dense en contrebas.

« Là! » M. Sena a pensé, a-t-il déclaré au New York Times . « Les palmiers signifient qu’il y a de l’eau, peut-être une rivière. »

Annonce

 

Un pilote brésilien survit 36 ​​jours dans la jungle

 

Le Cessna 210L s’est écrasé contre des arbres et s’est écrasé au sol.

M. Sena a survécu à l’impact et a réussi à s’échapper à travers le pare-brise et à s’enfuir avec quelques instants avant que l’avion ne s’enflamme.

Le pilote, qui avait déjà étudié comment survivre dans la rude jungle amazonienne, avait un sac à dos rempli d’essentiels comprenant de l’eau et un sac de 12 petits pains, des briquets et des couteaux de poche, une torche, une corde, un téléphone portable sans réception mais une bonne quantité de batterie , et des vêtements de rechange. Il n’a subi aucune blessure grave, à l’exception de quelques grosses coupures.

M. Sena savait que des équipes de recherche et de sauvetage seraient envoyées pour le retrouver et espérait que l’espace que l’avion avait créé dans la canopée de la jungle signifierait qu’ils pourraient le voir.

Mais les palmiers à croissance rapide ont rapidement comblé l’écart, et le pilote a été dévasté d’entendre, à plusieurs reprises, des avions de sauvetage survoler avant de s’envoler.

« Ils ont survolé, mais ne pouvaient pas me voir », a-t-il déclaré.

Des vols disparaissent au-dessus de l’Amazonie à une telle fréquence.

Les autorités brésiliennes appellent généralement des recherches après quelques jours seulement, avec la chance de trouver quelqu’un d’incroyablement rare.

Après quelques jours passés principalement près des restes calcinés de l’avion,

survivant d’une bouchée de pain par jour et dormant avec une lance de fabrication artisanale

sur sa poitrine, M. Sena a décidé de partir à la recherche d’aide dans la plus

grande forêt tropicale sur Terre.

Il a utilisé les derniers instants d’autonomie de la batterie de son téléphone pour

ouvrir une application de géolocalisation hors ligne et déterminer la direction de la rivière Paru,

à plus de 96 km, mais qui était l’endroit le plus proche et où il pensait avoir des habitants.

M. Sena passait ses matinées à marcher et ses après-midi à s’abriter de la pluie.

Avec la peur des célèbres jaguars, anacondas et serpents venimeux d’Amazon.

 

Un pilote brésilien survit 36 ​​jours dans la jungle

 

Survivre avec un petit fruit rose.

Il a trouvé une nouvelle source de nourriture appelée beru, un petit fruit rose qu’il a vu manger des singes araignées, mais son poids s’effondrait et son corps affaibli avait du mal à continuer.

En trois semaines, il a parcouru environ 27 km.

Au jour 36, il perdait la volonté de continuer, a rapporté l’ABC.

Alors qu’il se traînait sur une petite rivière, il est tombé sur un spectacle rare en Amazonie : les humains.

C’étaient des collectionneurs de noix du Brésil, qui cherchaient plus profondément dans la jungle que d’habitude leur prime.

M. Sena a déclaré qu’il avait approché l’un des hommes avec prudence.

« Je lui ai dit : « Bonjour. Bon après-midi. Je m’appelle Antoine. Je suis pilote et mon avion s’est écrasé il y a environ 30 jours », a-t-il déclaré à ABC dans une nouvelle interview.

 

Un pilote brésilien survit 36 ​​jours dans la jungle

 

Le désir de revoir sa famille.

« Il m’a regardé de haut en bas, avec mes vêtements déchirés, et il a dit : ‘D’accord, qu’est-ce que tu veux que je fasse ?' »

S’il vous plaît, donnez-moi quelques-unes de ces noix. J’ai vraiment très faim.

Après avoir été tiré de la jungle par un hélicoptère de sauvetage, M. Sena a été transporté à l’hôpital.

Il avait perdu environ 25 kg mais ne souffrait que de déshydratation et blessures légères.

Ses retrouvailles en larmes avec sa famille le 6 mars ont été diffusées à la télévision brésilienne.

« La seule chose qui m’a gardé fort et m’a permis de sortir vivant de cette situation, c’est l’amour que j’ai pour ma famille, le désir que j’avais de revoir mes parents, mon frère et ma sœur », a-t-il déclaré aux médias.

 

Annonce

Publié par Muriel Marchand

Je partage avec vous des moments drôles, solidaires, mystérieux, qui se passent à travers le monde.
Je vous parle de voyages, de l'actualité, des célébrités, du cinéma, des séries, ainsi que la spiritualité, le bien-être.
J'espère vous divertir et vous donner le sourire !

Des millions de crabes rouges ferment des routes lors d'une migration étonnante vers l'océan

Des millions de crabes rouges migrent vers l’océan.

Un chat né avec quatre oreilles

Un chat né avec quatre oreilles.